« De l'eau ? Pas tout de suite ! | Accueil | Portage et allaitement, un duo gagnant ! »

18 septembre 2015

Commentaires

Emeline

Tout pareil, 19 mois et toujours accro
Et j'adore ça!

bzzchani

Maintenant Roeline, tu sais pourquoi j'ai continué à piller ta boutique alors que mon Loulou avait 2 ans... 😄
Oh et je reviens avec le suivant tout bientôt (nouvelle grossesse qui a mis fin à l'allaitement de l'aîné à... 3 ans et demi... Alors bon allaitement à toi 😘)

Bb

Tout est tellement juste ! Maman d'une fille de 4 ans 1/2 et d'un garçon de 21 mois, j'ai allaité la première jusqu'à ses 2 ans et mon deuxième continue pour le moment. Après les périodes de doutes que l'on connaît au cours de l'allaitement, c'est une chance et un vrai bonheur de pouvoir continuer tant qu'ils en ont besoin. Même si parfois on entend de drôles de réflexions...
Et bravo à toutes celles qui allaitent quelque soit la durée de leur allaitement !

clarisse

Merci pour ces 10 points dans lesquels je me retrouve totalement!J allaite ma petite derniere qui a 34 mois et partage mot a mot tout ce que vous dites!C est une belle histoire et effectivement une belle recompense de continuer malgres des débuts aussi difficiles pour moi(engorgement,muguet etc...)Ca fait du bien de partager tout cela entre maman qui allaite des bambins car nous sommes souvent incomprises et pour ma part je reste assez discrète sur le sujet avec certaines personnes! Etpar moment, j aime surprendre les gens en leur disant "et oui, elle tete encore!!"

Estelle

Idem ici avec une miss de 15 mois accroc aux tétées. J'aime beaucoup le point n°4 !

Estelle

Euh je voulais dire le n°3 !!!

MélanieM

J'ai ressenti la même chose... tout à fait d'accord avec ces remarques. Idem pour le point 6 : combien de fois j'ai entendu son père me dire (quelle que soit l'heure) "tu peux pas lui donner du lait pour qu'il dorme ?" La dernière année les tétées n'avaient lieu qu'à la maison mais ça n'a pas empêché les réflexions des personnes au courant... J'ai allaité mon fils jusqu'à plus de 3 ans : il a mis du temps à se passer de la tétée de bonne nuit mais j'étais trop fatiguée par le début d'une nouvelle grossesse pour continuer. J'espère remettre ça dans quelques mois ! Et des nouveaux hauts d'allaitement dans la liste de naissance...

Claire

Tellement vrai.
Et oui, malgré tous les problèmes du début, vasospasme, abcès, candidose, comme dit la pédiatre : vous avez tout eu ! Malgré les "mais c'est déjà bien ce que tu as fait, tu peux arrêter maintenant" et les "il est grand maintenant, tu comptes l'allaiter jusqu'à quand ?".
La tétée c'est vraiment un moment magique avec mon fils. D'abord, il y a le réconfort, le soulagement, puis les goulées efficaces et rapides, avec les yeux dans le vague, parfois même révulsés de plaisir, et enfin, une fois rassasié, les regards complices, câlins, ou les rires quand je fais des grimaces ou des chatouilles, parfois le sommeil qui le prend en plein vol, imprévu.
Et puis c'est fini, il est déjà reparti vivre ses grandes aventures... Jusqu'à la prochaine fois, dans 3 minutes, ou dans 3 heures...

camille fleck

Merci pour cette interview!
tout est dit et joliment dit..

J'ai allaité mes 2 dernières respectivement jusqu'à 2ans et demi et 3 ans et demi.

Hélène Mêmesi

Waouh c'est beau et bien écrit/décrit ! 13 mois d'allaitement avec mon bambin et on est si biens malgré le point 1 :) Avec la satisfaction du chemin parcouru. Vive l'APV (allaitement prolongé volontaire:)!

joelle leuci

Superbe témoignage, un grand merci.
j'allaite mon fils de 16 mois et n'ai nullement l'intention d'arrêter de sitôt ;)

allaitement votre!

Bénédicte

Superbe témoignage. Ma fille de 4 ans et demi tête toujours, beaucoup moins souvent. C'est désormais quasiment exclusivement le matin et le soir mais il arrive encore qu'elle ait besoin de réconfort et que je lui propose. Et parfois elle refuse : "Tu veux un calin ? non merci". Merci pour ce partage et ces commentaires qui en disent long sur la persévérance des mères pour le bien-être de la famille.

Sofi

Maintenant, les réflexions des autres me rendent presque plus forte !
Genre mon père (pas très fin, voire carrément lourd) qui adore essayer (je dis bien essayer !) de me mettre mal à l'aise en réunion de famille quand je "dégaine un sein".
Il clame haut et fort tout en cherchant le regard des convives pour se faire des alliés : "et allez, avec ma fille, c'est open bar !"
Ce à quoi je répond, en clamant plus fort que lui : "Absolument, et en plus, c'est gratuit !!!"
Longue vie à l'allaitement !

Emmanuelle

Hummm... les trois nains ont tous dépassé 3 ans d'allaitement... les regards sont très amusants à observer.
NuméroTer vient de fêter ses 3 ans et a compris qu'on n'a plus le droit de téter n'importe où (pas à l'école, pas à la piscine, etc)...
Mais le réflexe Maman assise => TETER !! reste ancré, c'est pavlovien :-D

Valérie

Edgar a maintenant 18 mois et tète le matin et le soir, mais uniquement dans une pièce au calme sans bruit. Je ne suis donc pas gênée par le regard des autres car lui-même ne tète pas en public.
Il arrive qu'il ait un fou rire avec le téton dans la bouche ou qu'il essaie de prononcer des mots sans lâcher. Quand il veut que je chante ou raconte une histoire il met son doit sur ma bouche et fait mmm. Quel bonheur d'allaiter !

Nessie

Tétée aussi matin et soir à 17 mois et ça s'arrêtera quand demoiselle l'aura décidé (ce qui est loin d'être le cas pour l'instant).

Pour en revenir au point 2), j'ai laissé tomber les vêtements d'allaitement il y a qqes temps, non pas qu'ils n'étaient pas encore utiles, mais j'en avais marre de ces Tshirt "grossesse + allaitement" qui descendent en dessous des hanches et qui ne sont pas vraiment sexy. Pourtant une maman qui allaite peut aussi vouloir être sexy et passé 1 an, le petit ventre de maternité a déjà bien fondu. Alors pourquoi n'y a t-il pas des vêtements QUE allaitement (et surtout pas grossesse) ?

Hélène

Blanche a 5 ans et 9 mois et est toujours allaitée. Même si les débuts ont été rock and roll et épuisant. Depuis que nous avons trouvé toutes les intolérances alimentaires de Blanche, la vie est devenue extra. Blanche profite encore des bienfaits du lait de sa maman et a évité bien des problèmes. Elle va à l'école après la tétée et se couche après la tétée. Cela rythme nos journées. Bientôt ce sera terminé et nous en aurons bien profité. Mais Chut! Il ne faut pas que tout le monde le sache, c'est notre petit secret...

Biboumam

Merci pour ce témoignage, j'allaite ma fille de 18 mois et je me reconnais particulièrement sur le point maman assise = dispo pour la tétée! Aussi quant à l'étirabilité du mamelon et aux échanges pendant la tétée... Malheureusement pour moi les soucis d'engorgement ont commencé avec l'espacement des tétées après 1 an... Mais l'aventure reste belle et j'ai la chance d'avoir des regards bienveillants autour de moi

Ty Racoon

maman de jumelles ayant fêtée leurs 2 ans hier, et toujours allaitées, je partage certains de vos 10 points... le lien indescriptible, qui permet de passer au-dessus des aléas et des (éventuelles) remarques déplacées, les bienfaits maman-bébé (c'est moi qui dilue mon stress dans l'ocytocine, après une journée de boulot houleuse, c'est elles qui noient le gros chagrin ou le petit coup de fatigue, c'est le rhume de rentrée rapporté par le grand-frère qui fait pschitt!). Par contre mes filles en marche vers la propreté ne soulèvent plus depuis longtemps ma jupe que pour signaler à qui veut bien l'entendre que maman aussi porte une culotte ;o)) les tétées négociées me permettent de choisir, ou pas, le public... car oui allaiter longtemps défrise encore trop souvent, et a fortiori des jumelles, que trop de monde pense allaitables au mieux en "mixte" avec complément au biberon. Je vous laisse à la joie de ces allaitement longs (surtout s'il s'annonce être le dernier) surtout que ce rythme de croisière permet des escapades avec le seul papa... sans (trop) craindre les engorgements ;o)

amy

6 ans pour mon chou mais que certains soirs difficiles. La tétée dodo n'a pas disparu mais après 6 ans, il ne savait plus faire ! Comme quoi la nature est faite comme elle est. Je suis fière de me dire qu'il a deux dents définitives de lait ! Celles du bas qu' il a eues à 5 ans et demi!

Mary

un très bel article. A la question " et tu penses arrêter de l'allaiter quand?" , je réponds invariablement " jusqu'au bac". A question ridicule, réponse ridicule !

Leslie

Voulant mettre en route le deuxieme, j'ai du arrêter l'allaitement de ma petite princesse à 15 mois car je n'avais pas de retour de couches...( 3 mois après, bébé 2 est en chemin! ;-).
Cet article évoque exactement mon expérience. Le regard de la société est tellement frustrant, on a presque l'impression d'être en marge en allaitant un grand bébé...Combien de fois j'ai entendu " à 18 ans tu arrêteras quand même hein"....Cette expérience a tout de même été merveilleuse et je compte bien la renouveler avec le petit frère ou la petite sœur à venir!

Angel

J'ai beaucoup aimé lire cet article. Comment ne pas m'y reconnaître ?
Bébé1 (un petit garçon adoooorable) a bientôt 26 mois et tète toujours, et je suis enceinte de 5mois et demi.
J'ai traversé maintes souffrances (candidose mammaire, mammelons ultra-sensibles + obligation d'utiliser des bouts de sein en silicone, engorgement, crevasses, vasospasme, et j'en passe) pendant les 6 premiers mois. Mais j'ai tenu bon.
Le papa n'a pas compris mon "acharnement", mais m'a soutenue bon gré mal gré comme il pouvait. Aucune femme n'ayant allaité dans sa famille, et gêné devant les regards extérieurs insistants quand je nourrissais notre fils, il a eu beaucoup de mal à me soutenir à 100% pendant ces 1ers mois difficiles.
Aujourd'hui, il parle de moi avec fierté et dit à qui veut l'entendre combien je suis et j'ai été "courageuse".
Allaiter jusqu'à aujourd'hui n'est pas un choix que j'ai fait dès le départ, je m'étais imaginé suivre les consignes des 6 mois "soit-disant réellement nécessaires pour le bébé" prônés par le peu de professionnels de la santé pro-allaitement que j'ai été amenée à consulter ; mais dans mon cas, passés ces 6 1ers mois d'allaitement chaotiques, je n'ai pas souhaité rester sur une expérience teintée essentiellement par la douleur, et puis j'étais -et je suis toujours- très émue de la relation ainsi créée entre mon fils et moi par l'intermédiaire de toutes nos tétées peau-à-peau, et quelle fierté de constater que MON lait (et pas celui de nos amies les vaches! Hey, n'y voyez aucune critique pour les mamans qui ont fait le choix du bibi, hein) était à l'origine de son développement. Et ils grandissent si vite nos bouts de chou leur 1ère année, n'est-ce-pas ?
Aujourd'hui, avec bébé2 au chaud dans le bidou, j'ai cru que ptit bonhomme souhaiterait arrêter les tétées. Car on raconte que la grossesse change le goût du lait, et que l'aîné se détourne alors du sein. Heuuu, comment vous dire ... ? Ça n'a rien changé, ahahaha.
Petit chat prend le sein toujours allongé au moment des dodos -avant la sieste et avant la nuit-, et plus souvent s'il est malade.
Et cerise sur le gâteau, ces tétées-dodo ont permis de faire naître, au-delà de la proximité physique, une véritable complicité entre lui et petit frère/petite soeur à venir, et toute la famille s'en réjouit !
Et je tiens à rajouter que même si le papa ne l'a que très peu nourri au biberon (je fais partie du petit pourcentage de femmes allaitantes qui n'arrivent pas à sortir leur lait manuellement ou mécaniquement), cela n'a jamais été un frein : ils s'adorent ces deux-là.
Pour bébé2, si la vie nous le permet, on fera tout pareil.
L'allaitement, c'est tellement plus que du nourrissage ; c'est beau de se dire que nous les femmes, nous avons autant d'Amour et de magie en nous !!!

Fred

Bel article ! Louloute a 22 mois, et la tétée c'est matins, soirs et dès que je m'assois... Mais seulement si elle me se sens pas bien. J'apprécie ces moments de complicité. Avec mon fils j'ai dû arrêter à 15 mois à cause de ma deuxième grossesse qui m'a tarie, mais Louloute a des intolérences, donc mon lait est indispensable jusqu'à ce qu'elle puisse passer au lait de vache. (Enfin c'est ce que j'utilise comme justification pour le moment !) Le prix? Je dois éviter les mêmes allergènes dans mon alimentation.
Avant d'avoir mes enfants, je détestais ma poitrine qui se mettait dans le passage et qui m'emoustillait quand c'était pas le moment. Maintenant elle a trouvé son utilité et j'ai cette fierté que je peux produire du lait sur demande. Ça me manquera quand elle arrêtera.

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.