« Newsletter allaitement.com: nous avons besoin de votre retour! | Accueil | Donner envie d'allaiter: oui, mais comment? »

27 octobre 2014

Commentaires

Vero

Moi je le donne et je ne me vois pas le vendre. Ma motivation est la vie! Je donne mon sang pour la même raison. Le sang comme le lait de femme sont des produits non substituables et si personne ne donne les conséquences sont dramatiques! C'est par reflexe de solidarité et non par intérêt financier qu'il faut agir!

En revanche, ce serait bien de prêter gratuitement sterilisteur et tire-lait électrique avec ces accessoires.

Sophie mamaNANA

@Vero: merci pour votre commentaire, en effet le prêt du matériel faciliterait beaucoup les choses!

Nubecilla70

Bonjour,
De mon côté, je pense que le RV avec son tire-lait n'est pas très attractif alors autant rémunérer un minimum les mamans pour les motiver un peu et inciter à s'y mettre. Ce n'est pas si horrible et ammoral que ça. Le truc est de se dire que ce qu'on produit va aider un petite être à devenir un peu plus fort et à grandir en meilleure santé. Alors, incitons les mamans allaitantes, facilitons les protocoles et donnons, même ppur quelques euros. En plus chez nous en France, la location du tire-lait est prise en charge par la sécu pendant toute la durée de l'allaitement. Ce n'est peut-être pas le cas au Danemark. Pas le même contexte. Donc on peut comprendre qu'elles soient bien rémunérés là-bas.

Shokojo

Super article! Je ne suis pas choquée de voir des mamans rémunérées par le don de lait... Pourquoi pas? Si ça peut augmenter le don de lait, voir même le nombre de mère qui allaite alors je trouve ça bien.
Même si, j'avoue que c'est un peu triste de voir que tout finit par se monnayer...

Ina

La location du tire lait est gratuite en France. Mais un tire lait seul ne fait pas de don de lait. Il faut acheter les accessoires en pharmacie car remboursé qu'en partie pour un seul accessoir (je crois que j'ai 2 seins...), stériliser 10 min en eau bouillante avant chaque prélèvement, avoir un frigo et un congel à la maison, appliquer une hygiène hors paire.
Dans la vie de tous les jours, reccueilir son lait, ce n'est pas si facile. Les protocoles sont strictes - mais nécessaires. Donc, oui, une rémunération pour compenser les frais.

Faustine

J'ai eu la chance, au début de mon allaitement, de pouvoir tirer du lait pour donner au lactarium. Ma fille tétais et je tirais 1 fois par jour un peu de lait en supplément.
En Ile de France, le lactarium qui collecte se charge de fournir le tire-lait électrique, les biberons pour le stockage et assure les passages réguliers pour récolter le lait tiré. Une prise de sang est à faire mais elle aussi est remboursée à 100%. Donc, donner son lait n'engendre pas de frais pour les mères qui donnent. Cela prend seulement un peu de temps pour tirer le lait puis laver et stériliser le matériel de recueil. J'estime que me laver soigneusement les mains ne me coûte rien ;-)
En 3 mois, j'ai tiré environ 4,5 litres que j'ai donné bien volontiers.
Le don (comme son nom l'indique) se fait sans contre partie financière mais j'ai reçu de gentils messages de remerciement de la part du lactarium.
J'ignore si une compensation financière aurait joué sur ma motivation...

Si on imagine rémunérer le don de lait, on peut aussi y penser pour le sang, les plaquettes et pourquoi pas les organes doubles qui peuvent être prélevés sur des donneurs vivants (ex :le rein)... Ca motivera peut-être certaines personnes pour "la vente" mais qu'en sera-t-il pour ceux qui ne peuvent payer. Est-ce que la Sécu va rembourser ?

Vio

Je suis pour indemniser les généreuses mamans allaitantes (ticket de métro pour se rendre à l'hôpital, soupe ou sandwich-qu'est-ce qu'on a faim après chaque "tétée" ou "tire-lait"), en revanche, je suis résolument contre une rémunération. ça voudrait dire qu'en échange, les parents de prématurés devraient acheter ce lait. Je dis non. Le simple plaisir de contribuer à sauver des petits êtres est en soi pleinement satisfaisant. Tous ces gestes, don de lait, de sang ou plus rarement d'organes doivent rester hors marché et anonymes. Protégeons les femmes de toute marchandisation, il existe trop de risques de dérives à mon sens.
Votre article, très intéressant m'a donné cette idée : pendant la semaine annuelle de l'allaitement, une journée de don de lait serait une initiative peut-être intéressante à organiser dans tous les hôpitaux au niveau national.

Sophie mamaNANA

@Vio: super idée la journée don du lait! C'est vrai que la SMAM est le moment propice pour se lancer dans l'aventure et savoir comment fonctionnent les lactariums et le recueil de lait!

Sophie mamaNANA

Merci à toutes pour vos commentaires. Pour prolonger la réflexion: ce n'est pas parce que le recueil est rémunéré que l'obtention est payante, attention, cela serait en effet super pénalisant (et dangereux!), complètement à l'opposé de l'idéologie du système de santé français accessible à tous.
En revanche, en étudiant bien les coûts qu'induisent ces manques (d'achat de médicaments et de traitements, ou d'achat de lait/ sang - ou leurs substituts - à l'étranger; au vu des pénuries j'imagine que certains hôpitaux y ont recours?), comparé au bénéfice d'avoir ces fluides humains en quantités suffisantes, l'équilibre, malgré une petite rémunération pour les "offreurs", pourrait être possible. Même si en effet cela serait génial qu'avec l'offre gratuite ou une petite compensation (comme le snack offert au don du sang/ plaquettes/ plasma), la France ait suffisamment de lait et de sang pour tous ceux qui en ont besoin.

Sophie mamaNANA

@Faustine: merci pour ce témoignage! Et bravo pour le lait donné!

Muriel

Pourquoi vouloir tout monnayer dans cette société ?
J'allaite actuellement mon petit troisième et je donne pour le lactarium de Marmande, comme je l'ai fait pour les deux allaitements précédents (96 L et 83 L en 16 mois chacun); je ne m'imagine pas être rémunérée pour ça !
Le Lactarium prête les recueils lait et donne du Milton pour les stériliser après usage. Les prises de sang (tous les 3 mois) sont remboursées. On a toutes un réfrigérateur et un congélateur. Il n'y a pas de frais pour les donneuses.
On donne juste de notre temps pour sauver de petites vies innocentes. Je ne veux pas être payée pour ça !

Soupopotiron

Mon aînée est née grande préma et ne pouvait pas avoir mon lait de suite, et par chance j'en ai eu tout de même beaucoup... J'en ai donc fait don au lactarium, d'abord tout puis le surplus n'étant pas utilisé pour ma fille; c'était simple pour moi puisque l'hôpital se chargeait de tout, prise de sang, stockage, envoi... J'ai également reçu un joli courrier me remerciant de contribuer à sauver des bébés (larmichette assurée!), j'étais très fière... J'aurais adoré renouveler l'expérience avec ma deuxième, même si cela me demandait plus d'efforts (plus de rigueur dans le stockage, la stérilisation, examens médicaux...), malheureusement le problème ici est que l'hôpital pouvant recueillir mon lait est à 45min de route; un trajet peu gérable régulièrement avec deux enfants en bas âge et la fatigue... S'il y avait des services de récupération du lait... La rémunération aurait été un plus, même si on ne le fait pas pour ça mais pour l'idée qu'un tout petit va pouvoir bénéficier des bienfaits de notre bon lait. C'est une motivation et un engagement qui pousse à la rigueur et à la durer, et un moyen d'arrondir les fins de mois qui reste super généreux... D'autant que les congés parentaux peuvent entraîner quelques difficultés financières supplémentaires, un tout petit plus serait le bienvenu pour beaucoup.
Tout devrait être mis en place pour favoriser les dons, sur le modèle des dons du sang... Pas forcément la rémunération, mais d'abord la communication en maternité par du personnel bien informé.

Lucie

je trouve que le lait maternel est trop précieux pour être vendu au litre. N'y a t-il pas d'autres moyens pour récompenser ces femmes?

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.