« Les manteaux de portage de 2014 | Accueil | 10 bonnes raisons de regarder l'émission des Maternelles sur le maternage proximal »

17 janvier 2014

Commentaires

camille

Merci pour ce bel article: top pour un lundi matin!

Quels conseils donner aux mamans qui n'ont pas eu la chance de connaitre le peau à peau immédiat et qui regrettent?

L'allaitement ne permet il pas de "rattraper" ces 1ers moments?

Anne-Sophie

Merci ! Un très très bel article, avec tellement de respect, d'écoute et de bon sens... qu'on aimerait pouvoir retrouver dans nos échanges avec les personnes qui entourent nos grossesses. Il est malheureusement tellement difficile de trouver ça !

Tine

Tant de sagesse et de perspicacité! Une interview qui m'émeut et me rend un peu triste: tant de bébés mal accueillis et de mères désemparées alors que c'est si simple. Son analyse est complète et très pertinente. Quel dommage qu'il n'ait pas fait plus de disciples.

Virginie

Merci pour ce bel entretien et toutes ces explications historiques sur la spécificité française de la relation à l'allaitement. Cela explique beaucoup de choses! A la naissance, mon bébé a été posé sur moi mais pas en peau à peau. Il était dans une couverture et moi j'avais ma chemise de nuit d'hôpital. Il n'a pas fait de rampée à la tétée et on me l'a retiré au bout de 10 min pour faire les soins d'usage. Mais j'ai vécu ce 1er regard enchanteur. Les débuts de l'allaitement ont été très compliqués même si je n'ai aucun souci de "production"... La clinique sur sa brochure se disait pourtant favorable et les personnels formés au soutien de l'allaitement... Il semble que l'approche de ces fonctions humaines doive être plus "holistique" et moins centrée sur le pathologique pour être vraiment un "soutien" et non un "protocole"... Avant d'accoucher, j'avais cherché les hôpitaux bénéficiant du label IHAB en France, la liste est difficile à trouver, pour ne pas dire confidentielle. Vraiment dommage que cela soit tabou, cela aiderait tellement les femmes qui ont un projet de naissance en ligne avec l'IHAB d'avoir un accès simplifié à cette liste!

Virginie

Je viens de me rendre compte que la liste était désormais facile à trouver. Merci à qui de droit pour les futures mères cherchant un hôpital labellisé IHAB! :)

Julie

Merci pour ce regard bienveillant.Vivement le jour où toutes les maternités seront "labelisées"...

Drew

Pour les autres qui la cherche : la liste d’établissements labélisés se trouve, avec une carte, sur le site IHAB (www.amis-des-bebes.fr).

valerie

Bonjour,
Je suis d'accord avec tout ce que dit Marc Pilliot... Pourtant quelque chose me dérange dans cet article... Pourquoi cette notion de label qui quoi qu'en dise Marc Pilliot distribue des bonnes notes à certaines maternités et pas à d'autres... Le label n'est il pas un gage de qualité (label rouge versus viande industrielle par exemple?)?
Battons nous pour que toutes les maternités aient ce regard, battons nous pour que tous les couples désirent faire un projet de naissance et organiser la venue de leur enfant selon leurs voeux dans la maternité de leur choix !!!
Un label me semble infantilisant, réducteur et insuffisant, tout simplement...

maud

merci à votre site de faire connaître ce médecin si bienveillant pour les bébés et les parents, j'espère que certains professionnels de santé s'interrogeront sur cet entretien...

Drew

Merci pour tous ces commentaires.

Camille, je vais faire suivre votre question au docteur Pilliot, mais je ne peux malheureusement pas promettre de réponse.

Valérie, même si vous n’appréciez pas ses moyens, vous semblez partager les objectifs de l’IHAB, d’où la question : quels meilleurs moyens voyez-vous pour aboutir au même résultat ?

Jane

Très bel interview !

Katia

Magnifique entretien qui apporte un regard éclairé et juste sur la naissance et tout ce que cela peut véhiculer de culturel, émotionnel, bref profondément HUMAIN. On sent la compétence médicale, mais aussi tout le poids de l'expérience de ce grand homme. Et l'on se rend compte que finalement l'allaitement n'est qu'un élément d'un processus fascinant et bouleversant, l'arrivée d'un petit humain dans une famille.

PILLIOT Marc

Réponse à Camille :
Et pour les mamans et les bébés qui n'ont pas pu avoir le "peau à peau" à la naissance ? Est-ce que c'est rattrapable ?
OUI, heureusement, c'est rattrapable, même s'il n'y a pas d'allaitement maternel. Lorsque le bébé a été éloigné de la maman pour des soins urgents, les retrouvailles quelques minutes, quelques heures, voire quelques jours après, permettront de récupérer ce qui a manqué. Les contacts corporels, les odeurs, les paroles vont favoriser une reconnaissance réciproque et les regards vont pouvoir se répondre.
Contrairement aux autres mammifères, les humains ont une capacité extraordinaire d’adaptation, même s’ils vivent des choses très difficiles à la naissance… mais à condition de retrouver ensuite un lien chaleureux et sécurisant avec d’autres humains : c’est le phénomène de résilience décrit par Boris Cyrulnik. Ce qui est délétère, ce sont les souffrances qui se répètent.
Chez les mammifères, la séparation à la naissance brise le lien ; chez l'humain tout est rattrapable

PILLIOT Marc

Réponse à Valérie :
Vous percevez le Label comme quelque chose qui est « infantilisant, réducteur et insuffisant ». Ce n'est pas du tout comme cela que le vivent les équipes labellisées. Pour les professionnels, le cheminement nécessaire pour atteindre cette qualité d'accueil et d'accompagnement est une véritable révolution culturelle. Dans une Culture française qui est toujours dans la maîtrise de la Nature, dans une Médecine qui est toujours dans le « faire », le chemin vers le Label est un énorme travail qui dure souvent plusieurs années : il faut apprendre à ne plus être dirigiste, à ne plus juger, pour évoluer vers l'empathie et l'accompagnement ; il faut organiser le service en fonction des besoins et des rythmes des parents et des bébés, et non pas en fonction des besoins des professionnels. Cela nécessite donc un véritable travail de « maturation » des professionnels.
Le Label est donc vécu comme une « reconnaissance » de tout le travail accompli, comme un encouragement à continuer.
Et cela ne veut pas dire que les "non labellisées" sont moins bonnes. Non, elles font « autrement », à la Française en quelque sorte, c'est-à-dire de façon plus dirigiste. Dans les autres pays d'Europe, les maternités atteignent plus facilement le niveau du Label car elles sont plus organisées de façon collégiale, et parce que les cultures sont plus dans l'accompagnement du patient.

Charlotte

Quel bel article! Merci beaucoup.

Malgré un accouchement par césarienne dans un établissement non labellisé, les professionnels n'ont fait aucun impair: peau à peau direct avec moi à la naissance puis avec le papa pendant mes soins (un papa qui a adoré et qui continu à la maison de faire du peau à peau). Un accompagnement à l'allaitement au top mais peut être un peu lourd pour les mamans qui ne souhaitent pas allaiter.

Ce qui est le plus difficile au final c'est le retour à la maison avec les milles conseils des proches, famille, professionnels...

Est-ce que Mr Pilliot consulte encore? Nous avons adoré ces interventions dans les émissions des Maternelles et nous aurions été ravis d'avoir des conseils de sa part pour notre petit garçon.

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.