« Concours photo "ma première tétée": interview des gagnantes | Accueil | Ces bébés arrivés en avance... »

12 novembre 2013

Commentaires

NFCD

Je suis dans le camp du biberon, n'ayant jamais eu envie d'allaiter et ne l'ayant donc jamais fait. Je me sens mal a l'aise a proximite d'une femme qui allaite (plus l'enfant est age plus j'ai du mal), mais bien evidemment je concois la necessite de l'allaitement partout et tout le temps et je ne suis donc pas contre l'allaitement en public. Cela etant dit, la pression generalisee des services de sante (qui semble, ironiquement, inversement proportionelle aux taux d'allaitement au sein....) en Angleterre, ou j'habite, m'a quand meme fait hesiter. J'ai donc entrepris quelques recherches sur les statistiques si souvent citees: des risques d'obesite et d'allergies diverses et variees reduits pour les enfants nourris au sein aux taux de cancer plus bas pour les femmes qui allaitent (et jusqu'au taux de QI plus eleves pour les enfants nourris au sein...) Je suis tombee sur un ouvrage tres interessant ("Is Breast Best", Joan Wolf) qui reprend dans leur quasi totalite les etudes scientifiques plus ou moins rigoureuses d'ou decoulent ces statistiques. La conclusion principale etant qu'aucune (a part une) de ces etudes ne corrige du biais social. Le taux d'allaitement au sein etant plus eleve dans les milieux privilegies il en decoule simplement que toutes sortes de problemes (obesite, pour ne pas parler des taux de QI plus bas...) sont detectes plus frequemment chez les bebes nourris au biberons (qui sont aussi en general de familles plus pauvres et moins eduquees). L'unique etude qui corrigeait pour ce facteur (prenant deux groupes tests, composes de femmes aisees et plus pauvres, l'un allaitant au sein et l'autre au biberon, avec un suivi des meres et de bebes sur plusieures annees) n'a pas donne de resultats concluants. L'allaitement au sein ne me pose aucun probleme et moi aussi j'accueille "avec un sourire" (legerement condescendant) l'argument que certaines femmes veuillent nourrir leur bebe de cette maniere. Ce qui me derange, c'est la pression a laquelle sont soumises les nouvelles mamans par leurs ami(e)s, familles, medecins, sages femmes etc. Si la tache de nourrir les nouveaux-nes incombait aux hommes (supposition bien theorique evidemment), je guarantis qu'on en serait depuis longtemps a des taux d'allaitement au sein de 0%... Les femmes que nous sommes, premieres de classe bien competitives, ont une tendance toute naturelle a l'auto flagellation (privation de sommeil, taitons qui saignent, mastite avec 40 de fievre, tous ces supplices sont justifies pour le bien etre supremement important de la progeniture). A celles qui n'ont aucun probleme a allaiter et adorent ca, ou meme celles qui ont des problemes mais persistent par conviction, je dis bravo; vous aurez tres certainement des enfants plus beaux, intelligents et sains que les autres. Mais ce n'est vraiment pas la peine de venir precher votre religion dans toutes les occasions sociales possibles: votre verite n'est pas absolue.

Lauranne

Etudes ou pas, les humains sont des mammifères, et les mammifères nourrissent leurs enfants au sein / mamelles. Je n'ai pas besoin d'aller chercher plus loin pour prouver que le lait en poudre serait aussi bon que le lait maternel. Votre derniere phrase, nfcd, m' a bien énervée.

Bravo mamanana pour ce joli billet d'humeur !

Methionine

si l'allaitement était moins bon que notre nouveau lait en poudre, l'espèce humaine serait éteinte depuis de nombreux millénaires.

J'aurais tant de choses à répondre à nfcd, que je préfère me taire.

Bravo à ce super billet!
j'adore et j'adhère :-)

pascale

Mais c'est incroyable cette mauvaise foi !!
Je m'adresse au commentaire N°1...l'avez vous faite vous même cet approfondissement des soi disant études biaisées ? ou recopiez vous des propos tout fait tenus par je ne sais qui..
Je me permets de vous diffuser mon travail de recherche approfondie de ces sujets...
http://allaiterbonheuretraison.wordpress.com/2013/03/30/evaluations-du-developpement-cognitif-chez-lenfant/

puis cet autre
http://allaiterbonheuretraison.wordpress.com/2013/03/15/impact-de-lallaitement-maternel-sur-le-developpement-cerebral-et-cognitif-de-lenfant/

Il n'y a pas que les études comparatives enfant allaité ou pas sur le QI ...il y a aussi, la comparaison de la structure même du cerveau...

Vous ne pouvez pas dire que tout le monde s'est trompé...

Angie

J'ai mon fils de 5 mois, je l'allaite partout et sans retenue. je ne me sens pas genee et celui que ca ne plait pas pour moi il ne regarde pas !
Mon bébé en a besoin et je n'ai que ca pour le nourrire et je ne vais pas m'isoler pour ca ! Je suis allée une fois chez une connaissance qui me mettait à l'ecart car j'allaitais ben ... je n'y vais plus ! C'est naturel et on ne voit rien !

Blandine

" Si la tache de nourrir les nouveaux-nes incombait aux hommes (supposition bien theorique evidemment), je guarantis qu'on en serait depuis longtemps a des taux d'allaitement au sein de 0%..."
Ah et ben quand même! Quel argument! Alors ne faisons pas d'enfants, tous simplement, ça déforme le corps, ça interromp une carrière professionnelle,citons tous les désagréments de l'accouchement... Ne mettons plus de talons... Ne nous maquillons plus... Ne soyons plus femmes, tout simplement ! Ah mais oui mais c'est quoi être femme? Etre un être inférieur? Soyons réaliste, votre reflexion va bien plus loin que le simple fait d'allaiter. Moi je suis femme et fière de l'être, j'ai 3 enfants que j'ai allaités plus d'un an chacun, je travaille à temps plein, je ne me sens pas diminuée ou humiliée par le fait d'être mère.
Et puis pourquoi tant de virulence dans vos propos, tant de colère? Revendique le libre choix pour chacun et chacune. Pour autant, allaiter sont enfant est tout ce qu'il y a de plus PHYSIOLOGIQUE, la NATURE a prévu les choses comme cela, c'est donc la chose la plus logique. Les crevasses, mastites... sont tout de même des choses assez rares, ou passagères, alors ne mettons plus que des chaussons pour éviter les ampoules...
Mais surtout, comment ne pas être d'accord: laissons chacun et chacune vivre, et allaiter fait partie de la vie! Ne nous cachons pas pour allaiter, ne nous cachons pas pour faire un câlin à notre petit, pour manger, rire, jouer... Un sein n'est pas sale, pas honteux, ce n'est pas un sex toy, ou alors sinon vivons cachées!

Laetitia

J'ai choisi de ne pas allaiter (égoïstement, si vous voulez, mais à mon avis c'est bien plus compliqué que ça) et je voudrais juste dire deux choses:
-bizarrement ce ne sont jamais les mamans qui culpabilisent les non-allaitantes. Les "Tu le nourris??" (sous-entendu "Tu lui donnes du bon lolo ou du méchant lait industriel??") ne viennent jamais des autres mamans -en tout cas dans mon expérience- mais des gens qui ne sont pas directement concernés (les femmes qui n'ont pas d'enfant, les papas).
-bien que non-allaitante, je suis parfaitement consciente que le lait maternel est très probablement meilleur pour mes enfants, et je suis bien plus ouverte sur ce sujet qu'avant. Pardon d'être sincère, mais avant, quand je voyais une femme qui allaite, j'étais dégoûtée. C'est culturel, c'est peut-être la faute d'Elisabeth Badinter, bref j'étais même dans le mépris, ce côté animal me révoltait. Maintenant je me dis que chacune fait comme elle peut, du mieux qu'elle peut: lait maternel ou "artificiel" (ah ce mot!! pourtant, il vient bien d'un mammifère aussi non?), petits pots ou purées maison, crèche ou garde à la maison... Bref on fait toutes avec les contraintes qu'on a, sans perdre de vue l'intérêt de l'enfant... et le nôtre, parce qu'une maman épanouie (et qu'on ne force pas à allaiter;) c'est aussi un enfant épanoui non?:)

Emilie

merci pour cet article!

j'allaite mon bébé de 5mois, et je ne me cache pas, à part si je sens que l'agitation autour le dérange ou si j'ai envie d'un moment tranquille avec lui justement.
mais sinon, quand BB a faim, je le met au sein, que je sois chez moi, en promenade, à la terrasse d'un café, ou au milieu d'un repas de famille (bon c’est pas tjs hyper pratique pour manger en même temps mais avec l'aide de mon mari pour me couper mes morceaux de viande par exemple ça se fait bien!). je n'ai jamais eu de remarques négatives, mais de toute façon je m'en fou, j’allaite, je pense le faire discrètement, si certains ne sont pas contents ils ne sont pas obligés de regarder!

Elise

@ NFCD (1er commentaire): j'ai lu avec un sincère intérêt ce que vous aviez à dire en tant que non-allaitante, sincère vraiment, car je trouvais le discours posé et "qui sentait le vécu", sans agressivité, sans jugement... jusqu'à "Les femmes que nous sommes, [...]ont une tendance toute naturelle a l'auto flagellation ". Alors là, gloups! Que se passe-t-il? D'où sort cette vision et ce jugement négatifs par rapport aux caractères supposés des mamans allaitantes? Quelle hargne pour une maman qui dit "accueillir avec un sourire" la vue d'une femme qui allaite?
La douleur fait partie de la vie, qu'on le veuille ou non: les dents qui poussent, les chaussures portées pour la 1ère fois, les crampes après le sport, les maux de tête les lendemains de fête, le "gras" du bout des doigts quand on apprend la guitare... si nous devions nous arrêter à la douleur, nous ne vivrions plus. L'allaitement peut être douloureux, oui, mais généralement au début. Et quand bien même ça se prolongerait, je trouve plus sage de ne pas juger celle qui décide de continuer. Chacun place ses priorités là où cela lui semble juste.
Avant de juger, peut-être devriez-vous commencer par vous demander pourquoi tant de colère, si vous êtes si persuadée de ce que vous dites?

@ la rédactrice de ce billet d'humeur (je ne vois pas de signature?): je me reconnais dans ce que vous écrivez, cette tendance au militantisme, cette conviction profonde de ce qui vous semble juste, et la volonté de convaincre les autres. J'ai moi même allaité avec bonheur (et douleur au début ;) ) mes enfants pendant 7 et 9 mois. J'ai lu votre billet avec beaucoup de plaisir, du rire, de la consternation aussi, face aux répliques de ce monsieur. Mais je comprends aussi la réaction de NFCD. Peut-être souhaitait-elle entendre davantage qu'on ne juge pas les non-allaitantes? Si elle se range à l'avis de ce jeune homme "qui n'est pas encore en situation", ça ne m'étonnerait pas qu'elle se soit sentie bousculée. Je m'interroge aussi sur sa présence sur ce blog, et je trouve ça encourageant. Je trouve toujours intéressant d'avoir des avis de femmes non-allaitantes, ou des papas, même et surtout s'ils ne vont pas dans le sens du billet. Je souhaiterais juste moins de jugement, et plus d'ouverture.

@ Laetitia: merci pour ton avis de maman non-allaitante que j'ai trouvé très intéressant. C'est vrai que le terme "artificiel" peut être culpabilisant pour une maman qui donne le biberon, même si je pense qu'il ne reste pas grand-chose du lait de vache avec toutes les transformations qu'il a subies. Mais ça reste une nourriture, oui.

Sophie mamaNANA

@Elise: Merci pour votre super commentaire! Je signe rarement mes billets, Sophie au clavier :-)

camille

bonjour je ne sais pas où vous habitez mais pour votre plus gd bonheur vous devriez faire un voyage en Suède!!! là bas les femmes s'arrêtent n'importe où pour allaiter, ds les restaurants c'est chose courante...
j'ai allaité mes trois enfants (chacun à son rythme et avec son histoire : la première a été nourrie au tire lait pdt 2 mois je n'arrivais pas à la mettre au sein, la deuxième j'y tenais mordicus il m'a fallut 3 semaine pr mettre en place l'allaitement et ensuite 6 mois de bonheur!!! et le troisième s'y est mis tout seul et au bout des 6 mois convenus avec mon mari , ni bb ni moi n'avions envie d'arrêter...)
je suis convaincue que l'allaitement maternel est une belle et bonne chose et qu'effectivement il faut rencontrer les bonnes personnes à ce moment là et être vraiment convaincu pour tenir bon face au regard désapprobateur de la société!!!
merci pour ce bel article!!

Marie

l'avantage du vetement d'allaitement c'est qu'on peut allaiter en donnant l'impression de simplement faire un calin. perso, je me fous de ce que pensent les gens aux resto. ma belle mère a dit une fois que ca la choquait que je donne le sein à table. très bien, je ne l'ai fait plus que dans la chambre, au calme. en plein pic de croissance, je donnais le sein plusieurs heures par jour. qd ma bm a compris qu'elle pouvait profiter de sa petite fille si elle acceptait de me voir allaiter elle a accepté...
C'est pas tout le temps facile mais je pense que si on est sur de soit, rien ne nous atteint!

maman discrète

j'allaite mon enfant qui a presque 18 mois et ma famille me repete sans cesse quand est ce que tu vas arrété!! je sent bien leur malaise quand je l'allaite mais je ne sort pas de la pièce, je me retourne des regard, je pense qu'on devrais respecté tout le monde!si sa ne dérange pas tant mieux,si ça met mal à l'aise on devrais respecté,non pas changé de piece mais ce retourné. avant de tombé enceinte, je vous avoue que les mamans qui allaitaient leurs enfant me mettais mal a l'aise, et je ne voulais pas l'allaité non plus, mais au court des préparation a l'accouchement une sage femme déja d'un certain age, donc forcément avec éxperience ma convaicu des bien fait de l'allaitement sans me forcé la main bien sure,j'ai eu beaucoup de mal au début,mais j'y suis arrivé, et j'en suis fiere :-) et mon enfant n'a pas encore été malade :-) et il parfaitement dans les courbes, mème un peu en dessous ce qui est mieux ma rassuré le medecin, alors que je connais quelqu'un qui nourrie sont enfant au biberon et a 10mois il fait le mème poids que mon fils, mais bon je ne suis là pour jugé celle qui donne le bib, mais juste pour dire qu'il faut respecté l'avis de chacun, et que ça ne servais a rien de mettre mal à l'aise les gens voila :-)

Carine

D'abord un très grand merci à Sohie pour ce billet. Moi aussi, je me retrouve aujourd'hui dans cette tendance militantisme.

J'ai raté mon premier allaitement : hospitalisée 24h quand ma fille avait 3 mois, et reprenant le travail une semaine après, je ne me suis pas battu pour continuer. Ce fut un grand regret. Je n'ai pas trouvé les bons conseils à ce moment là. Je ne connaissais pas Mamanana.
Pour ma deuz, je me suis battue comme une folle. D'abord pour la concevoir, puis dés que je suis tombée enceinte, je savais que je voulais l'allaiter le plus longtemps possible. Les débuts n'ont pas été faciles, mais je me suis accrochée, et j'ai rencontré via le net les personnes qui m'ont aidé, conseillé et soutenu. J'ai trouvé aussi le site de Mamanana et je me suis équipé. Je ne savais pas que je deviendrais aussi épanouie dans mon allaitement et aussi militante dans la foulée.

Oui, j'allaite ENCORE ma fille qui a 2 ans aujourd'hui et je ne le cache pas. Je ne rate pas une occasion de le dire autour de moi. J'ai repris le travail l'année dernière et mes collègues sont bien étonnées de mon acharnement.
Ma grande fierté est d'avoir récemment encouragé une collègue à continuer l'allaitement de son fils au dela de 6 mois, malgré une séparation d'une semaine et la pression de son entourage pour sevrer son fils.

Je trouve qu'on ne soutient jamais assez les mamans dans leur allaitement. Et allaiter en public, avec des vêtements adéquat, cela n'a rien d'indécent (merci Mamanana).

Merci, merci, merci

Julie

J'ai allaité plusieurs années et je ne m'en suis jamais cachée. Le plus compliqué: les supermarchés, aucun endroit pour s'asseoir, j'ai dû plusieurs fois me mettre sur des packs de bouteilles d'eau. une fois sur un pack, un monsieur voulait se servir, il était gêné non pas de me voir, mais de me déranger pour prendre sa bouteille. Je dois dire que les hommes ont été majoritairement bienveillants (j'ai même souvent eu de grands sourires et des félicitations), c'est plus mitigé pour les femmes. Et la seule fois où je me suis pris des regards agressifs c'est quand j'ai mis ma fille au sein alors que j'tais en train de manger un big mac au mac do!
Sinon le terme artificiel pour le lait en poudre me semble un peu rude. Après tout c'est du lait de vache déshydraté. Et oui, on lui fait subir un tas de traitement, mais on fait subir à peu près la même chose au lait en bouteille classique. Alors faudrait-il appeler une bouteille de lait UHT une bouteille de lait artificiel??
Et Elisabeth Badinter n'est pas la seule à avoir fait du mal à l'allaitement, Marcel Ruffo a fait presque pire (selon lui j'ai maltraité ma fille car je l'ai allaitée longuement quand même).
Merci pour ce billet, en tous cas allaiter ma fille a été l'une des plus belles choses qui me soit arrivé!

Soizic

Personnellement, j'ai toujours allaité n'importe où, quand ma fille a besoin (récemment : resto ***, bowling).
Je n'ai jamais eu de commentaires déplacés ! Plutôt des regards approbateurs, des sourires attendris... et au pire, de l'indifférence. En 7 mois (bon, j'ai encore le temps d'avoir des remarques).
Du coup je me sens un peu frustrée, je ne peux pas sortir tous mes arguments pour l'allaitement lol !
En tout cas les vêtements d'allaitement sont très pratiques. J'ai eu un "ah, on fait des choses super bien maintenant !" de la part de ma grand-mère, qui "n'avait pas tout ça, à son époque" ! :-)

Chrystelle

Chaque choix est respectable et doit etre respecté (biberon ou allaitement) comme le dit Laetitia. Les anciennes générations ont du mal à comprendre à une époque où on les a certainement motivé pour le contraire (vive les bib) et montrer un petit bout de sein devait paraitre indescent...Ma belle mère s'étonne encore qu'à 5 mois j'allaite encore mon fils et avait dit il y a un mois que je n'allaiterais peut etre plus car mon lait ne serait pas assez nourissant. il faut s'accrocher aussi contre le négativisme ambiant (pour ma part, ça m'a blessé) : pour info, mon "petit" qui a 5 mois et demi fait déjà 8.060kg et 69cm et même la pediatre m'a dit que je pouvais etre tranquille car un enfant de cet age qui prend encore 800g par mois elle n'en voit pas souvent (il n'est pas en surpoids - allaitement reconnu contre l'obésité m'a t-elle dit). Pourtant, j'ai du aussi faire face aux soucis de santé de mon deuxieme qui a declaré un syndrome nephretique une semaine apres mon accouchement. Perso, je suis contente d'avoir tenu mon allaitement malgre tout car je ne me serais pas vu courir apres les nettoyage, sterilisation, chauffage des bib a ce moment là quand on passe des heures à l'hopital.J'aime allaiter, j'ai été très déstabilisée quand j'ai du arrêter à 4 mois pour ma fille. Je pense que la gène est plus dûe au caractère "sexuée" du sein dans notre culture. Le sein est a la base là pour nourrir et bien des générations ont effectivement existé grace à cela. Oui, les seins subissent un peu, mais on est pas des mamans pour s'afficher sur les tabloids non plus...
Les vetements d'allaitement sont géniaux pour ça car ils permettent de continuer sans gener les autres je pense. En tous cas le moins possible. Je peux comprendre la gène et moi, je prefere demander et trouver une solution pour que moi, je puisse continuer de le faire mais ne pas déranger les autres si cela les gene ce qui est comprehensible. le tout est de le faire dans un RESPECT MUTUEL.
Je pense que ceux qui ne se sentent pas concernés comme dans l'exemple, ne se rendent pas compte malheureusement qu'ils nous blessent et que nous ne portons pas le meme regard sur ce sein : celui qui nourrit et celui sur lequel ils fantasment pour d'autre raison...

Aurélie

Bravo pour ce billet! J ai allaité mon premier fils 9 mois et j allaite en ce moment mon second fils de 6 mois. Au début j étais novice dans mon entourage, un peu de gêne mais surtout beaucoup de questionnements de mon entourage, après qqs explications n incluant pas que l allaitement, également pour le portage (ouh il va s étouffer) , le coosleeping... chacun s est habitué et depuis pour tout mon entourage c est devenu normal, magique, on me félicite qd on voit l épanouissement de mes enfants et leur bonne santé. Mes amies s y sont mis aussi... on s échange les vêtements d allaitement, nos maris en parlent... parcontre je trouve qu il ne faut pas se forcer, et je comprends qu' une maman peut faire le choix du biberon si l allaitement les angoisses... même si souvent le fait d être accompagné aide beaucoup. Je l allaite partout, resto, rdv, parc,... tj avec des vetements d allaitement et pour ne pas gener certaines personnes, je le mets parfois dans l echarpe ou j utilise une alese pour le couvrir...
Celui qui n est pas content, tampis, je ne vais pas m isoler pour donner à boire à mon fils...

Pour répondre au premier commentaire, mon mari adore l allaitement, il l aurait fait sans hésiter! Douleurs?? Heu oui à la maternité avec la montée de lait... qd je vois les reflux et coliques dues au biberon, je préfère moi avoir un rien mal! La nuit? Pas plus difficile, lait directement prêt, pas besoin de courir jusqu au micro onde... à 5 mois j'avais perdu tout le poids prit, avec l augmentation des calories dépensées... je suis tellement heureuse d allaiter, j ai l impression que grâce à moi il continue de grandir, une suite de ma grossesse... mon fils de 2 ans et demi mange de tout, est très curieux en gastronomie, je pense qu' il y a tellement d avantage qu' il ne faut pas dénigrer l allaitement comme qqch de sale...

Lilikotte

Pour moi, on peut allaiter n'importe où, du moment que ça reste discret et que ce n'est pas ostentatoire. J'ai même allaité ma fille alors qu'elle avait 6 semaines dans une église pendant l'enterrement de ma meilleure amie. Grâce à mon haut d'allaitement, seule ma voisine l'a remarqué et elle a eu une attitude très bienveillante.

leonisamber

personnellement, j'allaite partout, et quand il y a besoin ! Supermarché, réunion de travail, d'école, repas, resto (même chez l'américain). je n'ai jamais eu ni remarque ni réflexion désagréable, au contraire, ou bien je n'y ai pas prêté attention ! je fais ça hop là ! naturellement, avec simplicité et conviction. Et sincèrement un bébé qui tête c'est beaucoup plus agréable et pour tout le monde, qu'un bébé qui pleure !!
la seule limite elle vient de moi et de ma gêne de montrer mes jumeaux de trois ans qui têtent encore. ils le savent et acceptent mon refus devant "les gens". Surtout qu'ils co-allaités avec le dernier de bientôt 6 mois ! Mon aînées de 6 ans allaitée "seulement" 15 mois réclame pour rire (mais pas complètement ...) elle aussi, mais là c'est trop pour moi !!!
je crois que si un jour une personne se permettait de me faire une réflexion, je ne serai pas vraiment bienveillante, non pas que je me considère comme un modèle à suivre, mais par ce que cela ne viendrait à l'idée de personne de s'offusquer qu'un bébé soit nourrit au biberon. Et mes seins, ceux à moi, mes caractères sexuels secondaires sont en 90A. Mes seins nourriciers, ceux qui sont pour mes bébés mammifères sont en 90 D ou E ! On ne peut pas les confondre !!!
Pour conclure : l'allaitement est une aventure extraordinaire, parfois difficile mais au combien riche, comme la maternité! Et on sait quand elle peut commencer mais on n'imagine pas jusqu’où elle peut nous emmener !
message personnel : à quand une carte de fidélité chez mamanana ?

trognon de pomme

NFCD, il ne faut pas lui en vouloir , pauvre d'elle , elle ne sait pas ce qu'est l'allaitement , elle ne peut pas comprendre . Un bébé ça ne tête pas qu'aux heures creuses , ça tête aussi aux heures de pointe c'est comme ça.

fraise des bois

très bel article et vive la tétée!!!

Mim

bonjour,
Moi perso je voulais dire que je comprends (aussi) le premier commentaire. J'ai allaité 4/5 mois chacune de mes deux filles. De magnifiques moments de complicité et un sentiment de donner le meilleur à mes filles certes mais tellement de douleurs aussi... Et même après avoir allaité mes enfants et bin je suis mal à l'aise quand je vois une maman allaiter à côté de moi. Je sais, c'est bizarre, j'ai beau me raisonner, je sais très bien qu'on ne peut pas toujours (et qu'il n'est pas souhaitable) de s'isoler pour nourrir son enfant, mais j'ai toujours un sentiment d'impudeur, une gène de voir un bout de sein dépasser ! Question de culture, la "faute à la société" comme on dit peut être, je ne sais pas, mais bon voilà c'est comme çà. Alors je comprends les autres, toutes celles (et ceux) qui n'ont pas allaité et que çà mets mal à l'aise. Au risque de faire une comparaison un peu maladroite ; autrefois parents et enfants dormaient ensemble (quoique aujourd’hui aussi quand on cododote ;o)) et il n'y avait pas 30 000 pièces dans la maison pour faire l'amour. On ne trouvait pas çà "malsain" de faire des galipettes juste à côté de sa progéniture. Aujourd'hui si. Pourtant faire l'amour c'est naturel aussi. Allaiter est peut être naturel mais je comprends que ça puisse mettre certaines personnes mal à l'aise (hommes, ou femmes nullipares)/ La tolérance c'est aussi de se mettre (un peu) à leur place.

É.

À l'adresse de 'NFCD', LLL-UK a répondu à Joan Wolf : http://www.laleche.org.uk/content/la-leche-league-gb-responds-joan-b-wolf

Un billet qui répond aussi à J. Wolf : http://mummyisagadgetgeek.co.uk/breastfeeding/is-breast-best-joan-wolf-cleanliness-and-cake/

Et un autre billet, qui creuse la question "féminisme et allaitement" (centrale dans les préoccupations de J. Wolf) : http://nurturedchild.ca/index.php/2011/01/12/breastfeeding-and-feminism/

mimi82

Bon, alors, moi je ne suis dans aucun camp, vraiment :) Mais j'aimerais vous apporter mon expérience personnelle. Car à moi aussi, il m'est arrivé de quitter la table car je donnais.... le biberon!

J'ai deux enfants, et je n'ai pas allaité. Mea culpa! Pourquoi "mea culpa"? C'est un choix assumé. Je n'ai jamais eu spécialement envie d'allaiter. J'ai eu deux enfants par fiv, tellement attendus. Je suis maman poule, je ne travaille pas, ultra fusionnelle avec mes loulous. Mais je n'ai jamais eu envie d'allaiter. J'ai peut être une ou deux idées concernant l'origine de ce "dégoût", mais n'ai pas forcément envie de les exposer à tous. Bref. J'ai voulu allaiter tout de même, car on m'y poussait, et que j'étais tout de même prête à faire ce "sacrifice" pour mon bébé à venir. Il est né en césarienne d'urgence, c'était très rapide, très violent, j'ai cru que j'allais le perdre. Ma cicatrice est bien plus grosse que la norme, les suites opératoires très douloureuses. J'ai les tetons ombiliqués, inexistants à vrai dire, ce qui ne facilite pas la chose, voyez vous... Bref, choquée par mon accouchement trop soudain, j'étais archi stressée, j'avais du mal à considérer ce bébé comme le mien, je n'arrivais même pas à me relever, et on venait pourtant m'appuyer un bébé sur les seins régulièrement. Presque 48h après, le declic, j'ai réussi à dire "STOP". Malgré les conseils des puericultrices de la maternité. Ca a été dur de m'imposer, dans ma maternité c'est comme ça en tout cas. Et bien, j'ai redécouvert mon bébé. Fini ce stress, j'ai donné le biberon avec sérénité et beaucoup d'amour, et j'ai enfin compris que c'était MON bébé ;)
Pour mon deuxième, les choses ont été plus faciles. Césarienne en urgence également, j'y suis abonnée, mais les suites opératoires ont été mille fois moins douloureuses. Mais j'ai choisi de donner le biberon, directement, car pour moi, le plus important était d'être sereine. La zen-attitude avant tout.
Alors, voilà, j'espère que vous comprendrez ma situation. Il ne s'agit pas d'éviter la douleur, je suis prête à subir toute douleur pour mes loulous. D'ailleurs, je vous assure qu'une FIV, ce n'est pas de tout repos pour le corps et l'esprit. Non, il s'agit de ne pas me stresser. Car un biberon donné dans le calme et l'amour est beaucoup plus bénéfique à mes yeux que le sein donné dans le stress et la souffrance. Les bébés sont des éponges ;)

Bref, je ne regrette pas mon choix. Mais je suis entourée de mamans allaitantes. Que je respecte pour leurs choix. Je suis outrée qu'on soit choqué à la vue d'un sein. Et je suis outrée que mes amies qui allaitent très tard leur bébé se sentent jugées. Mais la persécution marche dans les deux sens. Il m'est arrivé de m'isoler durant un repas pour donner le biberon. Pour éviter certaines réflexions. En voilà quelques unes auxquelles j'ai eu le droit :
- "Pauvre gosse"
- "Mais vous les nourrissez n'importe comment" (celui là était dit avec le sourire, certes, mais ça m'épuise)
- "Je juge pas, hein, mais il faut quand même admettre que c'est un choix assez égoiste, non?".
- "Moi je pense que le gros inconvénient de l'allaitement, c'est qu'après on n'a plus de liberté, l'enfant ne peut vivre ni dormir sans sa maman". Comment dire.... Je n'ai pas allaité et pourtant mes enfants sont incapables de fermer l'oeil sans moi, on est ultra fusionnels....

Bref, impossible de sortir un biberon dans mon entourage sans avoir besoin de me justifier, donc, oui, je finis par me cacher.

Dur de faire comprendre aux gens que j'ai fait ce choix pour mes enfants, et non pas pour moi. Et la petite vieille au centre commercial qui s'arrête pour me dire : "vous savez, vous lui faites du mal en lui donnant le biberon au lieu du sein". Non mais de quoi je me mêle? Pourquoi ai je besoin de me justifier et de raconter ma vie à chaque fois?

Bref, je suis témoin de la persécution de mes amies qui allaitent, et qui en plus font le choix d'allaiter longtemps. Mais je subis une autre forme de persécution, et ce depuis la maternité. Et cette persécution, les mamans qui allaitent n'en ont pas toujours conscience. Car on a toujours l'impression d'être les seules à être critiquées. La vérité est qu'en matière d'éducation, il y aura toujours des détracteurs, quelques soient nos choix.

Et ce n'est pas fini! On est jugé pour tous nos choix. Pourquoi le fait que je ne travaille pas suscite t il tant de débats également?

Je ne pense pas que la vie future de mes enfants soit fondamentalement bouleversée par leur non-allaitement. Ils sont heureux, équilibrés, épanouis, et aujourd'hui tout cela me semble bien dérisoire.

Les enfants... Un sujet sur lequel tout le monde a son mot à dire, le tout calqué sur sa propre expérience. Si les gens arrêtaient de vouloir donner leur avis à tout prix sans connaitre le ressenti et l'expérience de chacun, on se porterait tous bien mieux!

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.