« Le lait maternel en traitement contre le cancer? | Accueil | “Chat" sur l’allaitement ce vendredi 21 mai 2010 »

10 mai 2010

Commentaires

Petitstrotteurs

Article vraiment très instructif mais malheureusement je n'ai jamais donné mon lait non plus... Par contre, je serais désireuse d'avoir votre retour sur votre sevrage étant moi-même dans cette phase plus que lente;-)

nini

Pour mon premier, j'ai fais don de 3litres de lait, puis j'ai malheureusement du arrêter, car suite à une hospitalisation de ma fille, j'ai produit moins de lait.
Mais j'avoue être liére de l'avoir fait, d'autant que j'étais une jeune maman (22 ans) et mon entourage ne comprenais déjà pas ma démarche d'allaiter mon bébé, alors faire des dons !
Je dois accoucher sous peu, et j'espére pouvoir recommencer cette expérience, et apporter mon aide à une mére qui ne peut ou ne veut pas allaiter.
Au niveau du lactarium, personnel très agréable et à l'écoute, vraiment, que du positif !
Merci de parler du don de lait, cela est effectivement trop rare.

Emmanuelle

Un chouette article...
Personnellement, j'ai accouché d'une prématurée de 34SA... j'ai dû batailler pour pouvoir l'allaiter car l'équipe de néonat me soutenait qu'elle n'était pas capable de téter, vu son terme (mais l'entêtement a payé ! Elle avait moins de 24 heures pour sa première tétée)... j'ai tiré mon lait dès le soir de la naissance, si bien qu'à la veille de quitter l'hôpital, il y avait 1 litre de lait congelé dans les congélateurs du service... ce lait était idéal pour un préma... puisqu'issu d'une maman de prématuré... j'ai téléphoné au lactarium... qui m'a fort aimablement éconduite, en me disant qu'il fallait tirer encore et encore pour qu'ils se déplacent... or je ne pouvais pas emporter et stocker ce lait suffisamment longtemps...
J'ai vraiment eu du mal à comprendre : l'hôpital était prêt à garder les biberons jusqu'à ce qu'ils passent, à en collecter un peu plus... bref... Je suis rentrée chez moi avec ma petite prématurée, et si j'avais profusion de lait, il m'est devenu fort difficile de tirer, car j'avais aussi une puce de 17 mois, et des soins relativement longs pour le bébé...
J'avoue sincèrement que j'ai été très déçue de cette réaction du lactarium, avec toute la pub qu'ils affichent un peu partout, je pensais sincèrement que la quantité de lait proposée et surtout le fait qu'il soit réellement adapté et garanti "stérile" (tiré sur place, avec le matériel de la maternité, stocké en biberons stérilisés, congelé immédiatement) allait les intéresser... d'autant que la maternité n'est pas très loin de "chez eux"...

Sterenig

J'ai voulu donner mon lait, mais au cours de l'entretien médical, ils m'ont précisé une chose que je ne savais pas : on ne peut faire de don de lait (comme de sang), quand on a été transfusé. Comme j'ai été transfusée à 7 jours pour une jaunisse, cela n'a pas été possible. J'avoue que j'ai été très déçue de ne pas pouvoir donner.

Gena

J'ai donné mon lait au lactarium de Marmande environ 10 L.
C'est pas énorme mais mieux que rien! J'espère pouvoir recommencer si j'ai un autre bb :)

Marge

J'ai eu une production "débordante" pour mon premier enfant et tout le monde me conseillait le lactarium. J'adorais pomper à gauche pendant que mon fils têtait à droite. Très efficace ! La pompe du lactarium était archaïque mais très efficace aussi.

Mais au bout de 2 mois, la machine s'est emballée et j'ai fait des mastites à répétition. Tirer mon lait surstimulait mes glandes mammaires déjà très productives...

Pour les bébés suivants, j'ai appris à ne jamais être en surproduction dégoulinante en gérant les tétées correctement. J'ai quand même préféré cette situation plus calme...

Tephinou

C'est un très bonne idée en effet cet article.
J'ai moi même accouchée de deux très grands préma à 26 SA au mois de septembre dernier. En attendant ma montée de lait et l'analyse de mon lait tiré par le lactarium ils ont reçu du "lait de femme" du lactarium. J'ai ensuite tiré mon lait entre 6 et 9 fois par jour pendant plus de 4 mois pour lancer ma lactatation et l'entretenir tant qu'ils étaient hospitalisés. Pendant deux mois j'ai donné mes surplus au lactarium qui les collectait directement à l'hôpital où je venait chaque jour avec mon petit "sac à lolo". Mon "tire lolo" était mon compagnon de chaque jour et chaque nuit ! J'ai "appris" à téter à mes bébés à partir de 33 SA avec l'aide de l'équipe médical très favorable. Ils ont maintenant 7 mois et demi. Je les ai allaité complètement dès leur sortie de l'hôpital vers 4 mois. Je sais que j'ai tiré plusieurs dizaine de litre pendant tout ces mois. J'en ai donné une partie et j'en ai récupéré aussi 10 biberon de 210 ml congelé par le lactarium à leur sortie de l'hôpital. Je n'ai finalement pas continué mes dons de retour à la maison car allaiter deux bébés avec parfois près de 20 tétées par jour + les deux autres enfants + le reste du quotidien cela ne me laisse pas beaucoup de temps... Mais encore aujourd'hui je pourrai tirer un peu chaqe jour. Je le fait pour avoir une petite réserve quand je veux faire garder mes jumeaux.
Bon tirage à celles qui se retrouve parfois en tête à tête avec leur machine (particulièrement difficile la nuit dans le silence de la maison endormie) et merci à l'association sos préma pour les informations distribuées dans les hôpitaux.

ange

Malgré une production débordante, le lactarium Ile de France ne se déplacant pas en Essone, j'ai jeté des litres de lait...

atropine

il faudrait que les lactariums ne soient pas décourageants...

j'ai contacté le lavtarium de ma région.

pour un 1e passage, je devais avoir 3L de lait au congélateur...
et mis dans des bouteilles en plastique!
les bib sont fournis ensuite.

pas de scahets.
3L c'ets énorme à produire
et 3L c'est énorme à stocker!!

la personne m'a dit que c'était pour des tests bactério pour voir si mon lait n'était pas contaminé.
je veux bien qu'on fasses des tests. Mais le stests bactério, c'est un peu mon métier et 3L c'est dingue!!

la perosnne au tel ne m'a jamais parlé de prêt de TL. Dans mon cas ce n'était pas grave, car je suis réfractaire au TL et j'extrais à la main.

Elle m'a aussi dit qu'il FALLAIT tirer en fin de tétée. Moi je voulais tirer pdt une sieste.
non, çà va créer une tétée articifielle.. oui et alors?
en fin de tétée, j'avais un peu autre chose à faire que de me débarrasser de mon bébé pour tirer...

Au final, hyper motivée, le lactarium n'a jamais vu une goutte de mon lait

:-(

Céline

J'ai un bébé de 12 mois, je l'allaite et fait don de mon lait depuis 11 mois, et tout se passe bien, bébé tête à droite pendant que je tire à gauche et vice versa, certaine fois pousse le tire lait parce qu'il est en fin de tétée sur un sein et veut passer à l'autre, c'est plus facile ....Les dames du lait comme les appelle mon ainé, sont très gentille et compréhensive
Elles remontent le moral quand il n'est plus là, en ce moment je subi la pression du mari et de l'entourage familial sur le fait de continuer d'allaiter et de tirer le lait ... C'est vrai que ça prend un peu de temps,de tirer, de mettre le lait en bib, de les regrouper à la fin de la journée, de nettoyer les tires lait, et ça prend de la place dans les congélos, surtout quand on a une grosse production (je tire environ 1 l par jour !)
Et je n'écoute pas les railleries des autres

G

Pour moi c'était évident au départ, j'allais allaiter mon bébé et j'espérais pouvoir donner mon lait (ma petit-nièce ayant bénéficié du lait du lactarium)mais voilà à l'hôpital on m'a clairement fait savoir que déjà allaiter c'était bien pour un premier il ne fallait pas chercher à en faire plus. j'ai lâchement abandonné. Pour le deuxième, grosse complication lors de la grossesse, j'ai du me battre pour pouvoir allaiter mon fils donc donner mon lait on m'a dit que ce ne serait pas possible (soit disant ayant subi des examens contraire à l'allaitement).
Pour mon petit dernier, l'obstétricien quand j'ai commencé à parler de lactarium m'a rit au nez en me disant que j'étais têtue mais que ce n'étais pas pour moi :( Alors voilà 3 bébés, du lait à revendre et rien pour la lactarium...:(
Alors merci pour cet article, merci d'en parler encore et encore pour que les mentalités changent dans les maternités!

La poule pondeuse

Comme pointé par Ségolène dans l'article, j'ai une plutôt bonne expérience du don de lait (il faut dire que j'habite à 2 km du lactarium en gros...). Malheureusement les témoignages ci-dessus montrent qu'il y a encore de gros efforts à faire pour améliorer tout cela (à commencer par le soutien à l'allaitement des mères de ces bébés). Par exemple cet été je pars un mois près de Toulon ; a priori le lactarium de Paris peut transférer mon dossier là-bas (pour éviter de refaire la prise de sang etc) mais là-bas c'est... Montpellier !! Donc par exemple un préma à l'hôpital de Marseille récupèrera peut-être le lait d'une mère marseillaise mais qui aura transité par Montpellier... Enfin quand on voit que certains pays n'ont pas de lactarium du tout (la Suisse par ex !)...

Gaëlle

Pendant ma grossesse, faisant des projets d'allaitement sur plusieurs mois, je m'étais dit que je donnerai du lait au Lacatarium.
Mais voilà, la réalité d'un premier allaitement a rendu cette belle idée caduque : difficile de penser à organiser un don de lait quand on bataille pour que son propre allaitement se passe bien !
Quand j'ai eu enfin l'esprit disponible pour y penser, j'ai appris qu'il me manquait un élément essentiel : un vrai, bon, grand congélateur ! Et puis, il est préconisé de donner du lait lors des 6 premiers mois : 6 mois, ça passe vite !
Bref, je n'ai rien fait, mais je me dis retrospectivement que si j'avais été mieux accompagnée, mieux informée en amont, j'aurais peut-être pu m'organiser pour donner du lait.
Tant pis pour cette fois, j'essaierai pour le prochain qui recevra comme cadeau de naissance... un congélateur !

Madeleine

J'ai donné, mais ça n'a pas été une expérience si agréable....le collecteuse était un peu revêche, elle ne venait pas a l'heure annoncée, se plaignait quand je n'avait pas assez de lait...a 6 mois, j'ai déménagé et elle m'a fait comprendre que ce n'était pas la peine de continuer, qu'il valait mieux arrêter puisque j'allais sans doute la sevrer (selon ses dires, car j'allaite toujours a 2 ans et 8 mois...)
Je n'ai jamais reçu de remerciements, non pas que j'attende qu'on s'épanche mais un petit mot aurait été le bienvenu après les efforts que j'ai fait.


Sabandrea

C'est curieux qu'il y en ai qui aient donné jusqu'aux quasi 12 mois de leur bb car qd j'ai voulu donner à 9 mois, on m'a dit qu'au-delà de 6 mois, ils ne prenaient plus (lactarium d'Ile-de France)...

Emmanuelle V

J'ai eu une petite fille en janvier. Ayant donné près de 8 litres après la naissance de mon premier (je tirais une dernière fois le soir avant d'aller me coucher afin d'éviter d'avoir trop de lait au réveil...), j'ai décidé de retenter l'expérience... Mais le premier contact téléphonique n'a pas été super avec la collectrice qui m'a dit qu'il ne fallait pas me forcer, que de toutes façons, ils avaient des stocks... J'ai quand même tiré mon lait, fais les analyses nécessaires etc mais la collectrice n'étant réellement pas très sympathique (pour ne pas dire antipathique...), j'ai décidé d'arrêter ! Avec 2 enfants en bas âge à s'occuper, j'ai déjà assez de boulot alors stériliser des téterelles (à chaud puisque chez nous la stérilisation à froid est interdite) et tirer du lait sans avoir le sentiment de faire un don important et utile n'avait plus d'intérêt pour moi... c'est dommage car je trouvais ce don très important et j'étais fière de pouvoir aider ces petits prémas... Si nous avons un troisième un jour, promis, je réessaierai... en espérant que la collectrice aura changé !!!

jennifer

Bonjour, après avoir lu tous ces commentaires, je m'y retrouve aussi : découragée de donner mon lait pour la première et deuxième grossesse !
Pourtant, je n'avais pas de contre-indication médicale, pas de pb dans mes sérologies, du lait en abondance... Mais si dans le CH où j'ai accouché, les affiches sur le don de lait sont présentes, on vous informe que votre éloignement géographique ne permet pas la collecte. Pour info, je suis à 20 mn du CH, il y a pire... J'ai vraiment eu l'impression que rien n'était fait pour encourager les femmes à mettre en pratique ce don. Les affiches servent juste à se donner bonne conscience...

Christelle

J'ai 3 filles, allaitement long à chaque fois. J'ai toujours vu les affichettes pour le don du lait mais je n'ai jamais eu de surplus, toujours eu du lait en flux tendu quand j'ai repris le boulot, je réussissais à tirer juste ce qu'il faut pour tenir la journée du lendemain en lait maternel alors je n'ai jamsi osé imaginé pouvoir en donner!
Mais j'ai été transfusée lors de mon premier accouchement, je viens donc d'apprendre en lisant les commentaires que je n'aurais pas pu donner mon lait... Ma conscience est sauve, merci...

helene

j'ai voulu donner mon lait il y a 6 ans mais on m'a répondu que c'était trop loin pour venir le chercher (lactarium sur nantes et j'habite le finistère sud) ... j'ai été super déçue de ne pouvoir le faire

C-cilou

A lire aussi cet article sur le très bon blog de Marjoliemaman

http://www.marjoliemaman.com/article-20589797.html

J'attends mon deuxième bébé et j'aimerais bien donner, mais j'ai peur d'être un peu dépassée par les 10 tétées par jour + les tirages. Peut-être que j'attendrai le rythme de croisière, quand bébé aura 4 mois...

Marine

et bien voilà moi qui cherchait la personne à contacter pour faire profiter de mon trop plein de réserve, MERCI !!!!!

Frédérique

Ma soeur ainée (qui a eu un bébé prématuré en premier enfant) a donné au lactarium pendant 18 mois pour ces deux enfants. Elle arrivait à tirer l'équivalent d'un biberon par jour, juste en récoltant le lait qui coulait du sein que l'enfant ne têtait pas.
Mon troisième enfant est né avec de grosses difficultés et une petite prématurité et a passé 4 jours en réa. Elle a bénéficié du lait du lactarium et j'ai voulu moi aussi donné mon lait. Mais je n'ai pas la chance comme ma soeur d'avoir les seins qui coulent à profusion et je devais tirer mon lait entre deux tétées. C'était super galère et comme ma fille tétait 15 fois par jour, mes seins étaient essorés et je tirais une misère. Quand le lactarium appelait pour passer récupérer ma production, il me disait que je n'en avais pas récolté assez pour justifier le déplacement. Alors j'ai arrêté après quelques mois improductifs, me sentant coupable de ne pas pouvoir aider les petits prémas de réa mais lessivée.
Bravo à celles qui y arrivent. Ils en ont vraiment besoin. Et c'est vrai, comme c'est clairement et justement expliqué dans l'article que le lait de femme fait des merveilles.

Cécile

Bonsoir, lors de la naissance de mon premier enfant à Montauban, une récoltrice du lactarium de Marmande est passée pour me demander si je souhaitais donner mon lait, je n'y avais jamais pensé avant, n'avait pas eu d'information à ce sujet lors des cours de préparation à l'accouchement par un cabinet de sages-femmes pourtant pro-allaitement mais l'idée m'a séduite et la personne m'a fourni les biberons, les comprimés pour la stérilisation à froid ainsi qu'un tire-lait en verre avec poire en caoutchouc rouge( une "torture" quand la lactation n'est pas jaillissante...) et un rendez-vous chez moi 15 jours plus tard. Je n'ai finalement pu donner mon lait qu'après un mois et demi, le temps que je trouve mes marques avec l'allaitement et mon enfant. J'ai dû donner à peu près 4 litres en tout et j'étais très fière de moi. Pour le second, j'ai recommencé, retrouvé la même équipe et ai pu donner pas loin de 30 litres. Cette fois-ci, j'ai utilisé mon propre tire-lait manuel avec téterelle adaptée et je tirais le matin le sein que bébé n'avait pas tété. J'ai arrêté vers 5 mois et ai reçu un magnifique diplôme du lactarium me remerciant au nom de tous les bébés qui pourraient en bénéficier!
Les collectrices passaient tous les 15 jours et ont espacé leurs visites à ma demande quand ma production a baissé. Elles ont su également me donner des conseils adaptés face aux questions que je me posais sur l'allaitement( une des collectrices avait suivi une formation sur l'allaitement). De plus, lorsque je suis allée en vacances dans une autre région, j'ai eu les coordonnées de la personne présente sur place et j'ai pu continuer le don de lait. Mon expérience est donc très positive.
Donner son lait demande un temps d'adaptation, me semble-t-il, un temps plus long qu'une tétée standard mais si on veut bien tenter l'expérience et que ça marche, c'est très gratifiant.

Bénédicte

Je trouve ça vraiment dommage que le lactarium de Paris n'aie pas plus de moyens, alors qu'il y a un tel potentiel dans la région. Pour mon premier enfant, fin 2006, j'ai tiré mon colostrum puis mon lait à la maternité, et d'après le personnel j'en avais beaucoup, mais personne ne m'a parlé de don de lait. Peut-être ma maternité (la 2e plus grande de France!) était-elle trop loin de Paris ? (une trentaine de km, autoroute directe pourtant.) Alors qu'en province certains lactariums n'hésitent pas à faire des centaines de kilomètres. J'ai jeté beaucoup de lait le premier mois et ça m'a fait bien mal au coeur.

Par ailleurs une de mes connaissances a fait toutes les démarches et s'est vu refuser le don de lait parce qu'elle avait séjourné en Angleterre à la mauvaise période...

marie

J'ai aussi une expérience mitigée du lactarium de Brest....étant maman de deux préma que j'ai réussi à allaiter , j'ai souhaité donner le surplus de lait que je tirais.... le lactarium de brest n'organise pas de collecte et je dois donc faire 80km avec ma glacière et mes litres de lait congelés....pour être acceuillie de façon assez mitigée, par une infirmière sous entendant qu'ils avaient trop de lait...j'ai limite eu l'impression de déranger! du coup j'hésite à ramener à nouveau mon lait au lactarium.pourtant j'en ai des litres au congélateur, mais je crois que je vais le garder mon mon bébé en prévision de ma reprise du travail!

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.