« Raaaaaaahhhhhhhhh la vaccination contre la grippe H1N1 | Accueil | Tous nos voeux! »

14 décembre 2009

Commentaires

cyann

j'ai repris le boulot quand mon fils à eu 6 mois et j'ai tiré mon lait pendant 6 mois. a partir de 1an j'ai fait mixte jusqu'a ses 17 mois. Le plus dur ça a été de beneficier de l'heure d'allaitement ( pourtant non remunérée!!!), et sans parler du regard des collegues ( tu comptes allaiter jusqu'a quand?...). Cette heure d'allaitement est un stress car je sais que pour ma fille je vais devoir encore me battre pour l'avoir. mais c'est important pour moi car je me dis que d'autres pouront en bebéficier... meme si le patron fait en sorte de semer la discorde à ce sujet ( me l'a acordée la derniere fois car je lui avais glissé que je m'etais renseigner auprés de l'inspection du travail. alors que'a d'autre il accepté 1 heure tout les 15j ( pour les journbées de 12g)° C'est mon petit coté militant

brigitte

j'ai une reconnaissance infinie pour la leauche league mais que Claude-Suzanne Didierjean-Jouveau sorte un livre sur allaitement et travail me fait doucement rigoler.
j'étais intéressée il y a quelques années pour devenir animatrice LLL, ma candidature a été refusée parceque j'avais repris le travail avant la fin de l'allaitement de mes filles (qui a duré 2 ans).
alors je me demande bien comment on peut expliquer aux autres quand on ne l'a pas fait soi même

Ségolène de mamaNANA

A Cyann: bravo et merci pour votre détermination! C'est comme cela que les choses bougeront dans ce pays!
A Brigitte: ah c'est effectivement intéressant comme expérience. Je me demande si La Leche League a changé sur ce point de vue-là. Je suis en train d'essayer d'organiser un interview avec sa présidente (à publier sur le blog) et ne manquerai pas de poser la question…

parisienne mais presque

J'ai repris le travail quand mon fils avait 9 mois, et j'ai continué l'allaitement jusqu'à peu avant son deuxième anniversaire. Pendant un peu plus que quatre mois j'ai tiré le lait au bureau, une ou deux fois par jour, et après, j'ai continué l'allaitement uniquement le matin et le soir.

Pour moi, allaiter en travaillant était beaucoup plus facile que pour le plupart des mamans, je crois, pour plusieurs raisons. D'abord, j'ai pu prendre un congé parental de long durée, et avec la diversification déjà bien établie, un ou deux biberons de mon lait suffisait pendant mon absence. Ensuite, je suis ingénieur en informatique, un métier qui me donne une certaine flexibilité au niveau de mon emploi du temps.

Finalement, je suis américaine, et dans mon pays d'origine il est très fréquent de reprendre le travail tout en continuant d'allaiter (souvent après un trop court congé maternité, hélas !). J'ai donc pu m'appuyer sur l'expérience de mes amies... et m'être rassurée que ce que je voulais faire n'avait rien de bizarre.

J'ai parlé un peu de mon expérience sur mon blog (en anglais) : http://www.parisiennemaispresque.com/2008/06/so-you-want-to-pump-and-work-in-france.html

Ségolène de mamaNANA

A Parisienne mais presque: merci pour votre commentaire! Je connais et j'aime beaucoup votre blog. Je vais le rajouter d'ailleurs dans ma "blog roll" Mille mercis!

L'utopique

Moi j'ai dit merci à la technologie. Je fais le choix (mais aussi parce que je suis autonome dans mon boulot, je suis cadre) de ne pas divulguer mon état de tire-allaitante. Je m'eclipsais discretement un peu avant la pause déjeuner avec mon PC portable dans une salle de réunion, et zou c'était parti par 1/2h de lectures de mail, rédactions de CR, voir appels téléphoniques (en s'éloignant du "tcham puff tcham puff". Encore 1/2h au milieu de l'apres midi et je n'ai jamais demandé l'autorisation à personne pour faire ce que j'avais à faire. Y'a juste une secétaire qui m'a demandé pourquoi je réservais tous les jours la salle de réunion, un autre collègue qui m'a demandé ce que je fichais à partir en réunion avec ma glacière... A chaque fois j'ai répondu... la vérité et j'avoue que les têtes étaient droles à voir !

Ségolène de mamaNANA

A l'utopique: Ah bravo! Je suis admirative ! Deux questions me trottent dans la tête : 1) Est-ce que la salle de réunion fermait de l’intérieur (possibilité de s’enfermer pour éviter les intrusions) ? et 2) Donc vous avez eu la chance de trouver une salle de réunion non vitrée côté couloir ? Dans mon ancienne entreprise, il y avait plein de salles de réunions, mais avec des stores bateaux qui n’occultaient jamais complètement ce qui se passait dans la salle de réunion… Grrrrr…

Atropine

J'ai repris le travail qd mon fils avait 6 mois passés, j'ai tiré jusqu'à ses 10 mois. Pas fan de bib à la crèche pour finir par le refuser tout net au retour des vacances de Noël.
j'avais aussi fait le choix de taire mon choix, sauf à une amie; pas de compte horaire à rendre (cadre); la chance d'avoir un bureau à moi (vitré certes mais avec stores occultants et une clé!). la chance aussi d'avoir un frigo à l'étage.
Pas besoin de prise ou de matos, car j'extrayais à la main (le TL ne donnait rien de rien de rien chez moi)

Je bloquais 2 fois 1/2 heure dans mon agenda Outlook, comme çà pas de réunion embêtante.

Bien sûr, çà s'est su, car Atropine enfermée dans son bureau puis qui en sort avec une boite étiquettée en gros NE PAS TOUCHER! qu'elle court mettre au frigo.... :-)

personne ne m'a jamais rien dit (encore heureux) ni même mon chef (c'était moins gagné!).

Il y a peu, en parlant avec un collègue jeune papa, pour le convaincre que selon moi, préparer un bib en pleine nuit est bine plus fatiguant que d'allaiter, j'ai la^ché que mon fils, 22mois, tétait toujours.
réponse: ah? c'est bien!!
agréable surprise en fait :-)

margotton

Bonjour,

je tire mon lait depuis 7 mois et j'ai choisi la solution de relever mon tee-shirt.
Quels vêtements de la collection mamanana sont conseillés pour allaiter et tirer le lait? (Cadeau de janvier en vue :) )

Merci!

Rébécca

Bonjour,

J'ai repris le travail quand ma fille avait 2 mois et demi. Elle a aujourd'hui 4 mois et demi, je tire mon lait 2 fois par jour, et j'ai la chance de pouvoir lui donner une tétée le midi.
J'ai la chance également d'être assez tranquille, je suis chercheuse, je suis seule dans mon bureau. Avant d'avoir mon bébé la porte de mon bureau était toujours ouverte. En revenant de congé maternité, je n'ai pas dit à mes collègues que je tirai mon lait et la porte de mon bureau était très souvent fermée (pour être plus tranquille), si bien qu'on toquait à ma porte et entrait sans que j'ai pu dire: "un instant s'il vous plaît!". Je les accueillait avec un grand sourire et eux repartaient tout rouge après que je leur ai expliqué ce que je faisais. Si bien que maintenant, à l'heure "d'extraction", je mets une petite affichette sur la porte de mon bureau, une photo de traite de vache avec écrit: "work in progress, please don't disturb!".
Et voilà, donc maintenant est au courant, mais je n'ai pas encore eu droit aux remarques désobligeantes, au contraire mes collègues sont assez compréhensifs!
Mais ma fille ne mange quasiment pas chez la nounou, elle préfère m'attendre! Que du bonheur pour moi!

Helene

Bonjour,

J'ai repris le travail à temps plein lorsque mon fils avait 4 mois. Allaitement maternel exclusif jusqu'à 6 mois, tire-lait électrique double 2 à 3 fois par jour. En dix minutes (le temps de lire quelques mails ou un document ou l'autre), j'avais une quantité de lait suffisante pour 1 à 2 biberons. Dix minutes de plus pour l'installation, le nettoyage et le rangement. Entre heure de pause d'allaitement et temps de midi, ça s'est vraiment bien passé. J'ai la chance d'avoir un bureau personnel, qui ferme de l'intérieur, pas de vitre vers le couloir non plus. Mes collègues étaient au courant (impossible de nettoyer le tire-lait ni vue ni connue, je ne me voyais pas non plus cacher pourquoi je m'enfermais à clef dans mon bureau habituellement grand ouvert), au début un peu étonnés mais toujours très compréhensifs.
Diversification ensuite avec allaitement maternel uniquement. Une pause tire-lait pendant l'heure de table. Lorsque mon fils avait presqu'un an, un peu lasse du tire-lait, nous sommes passé à l'allaitement mixte. Têtées à la demande lorsqu'on retrouve maman, en effet! Trois mois plus tard, il était beaucoup plus intéressé par le biberon que par une têtée et le sevrage s'est passé tout naturellement.
Quant au premier secret "Non, vous n’avez pas besoin d’habituer bébé au biberon avant votre retour au travail", j'aurais bien aimé le connaître à cette époque! Mon compagnon et moi avions essayé et réessayé de faire accepter le biberon à bébé avant son entrée en crèche, sans succès (sauf une seule fois où il a accepté le biberon que lui présentait une amie qu'il ne connaissait pas). Quel stress le premier jour d'adaptation en crèche lorsque nous avons dû expliquer aux puéricultrices que nos tentatives étaient restées vaines! Et quel soulagement de découvrir qu'il suffisait que notre fils ne nous voie pas pour qu'il prenne goulûment le lait maternel en biberon!!!
J'encourage donc toutes celles qui souhaitent concilier travail et allaitement à tenter l'aventure. Jour après jour, on découvre que, oui!, c'est possible.
Bonne chance à toutes!

Aude

j'ai repris le boulot lundi dernier : ça tombe à pic !
Depuis je tire mon lait 2 fois par jour (sauf le mercredi ou nous sommes toutes les 2 -Clémentine 4 mois et moi) pour le donner le lendemain à la crèche...c'est encore tout nouveau donc je vais sûrement m'améliorer...

je suis documentaliste : actuellement je m'éclipse dans une salle de mon service au dessus de mon bureau pour tirer mon lait, j'ai informé ma collègue que si on me cherchait, je rappelais dans une 20aine de minutes (quand elle n'est pas là je ferme la doc de l'intérieur avec une petit affichette "je reviens dans quelques minutes" sic) et sur la porte de ma "salle d'allaitement" et au cas ou les gens passeraient le barrage de ma collègue j'ai mis un petit mot : "je suis en train de tirer mon lait, merci de ne pas entrer"...

une fois le lait tiré (merci la brassière "main libre" mamaNANA !) je file dans un autre service mettre mon lait au frais et faire ma petite vaisselle (ce qui est définitivement le plus casse pied quand on tire son lait...)...
et l'aprem : rebelote !

grosso modo, cela me prend 30 minutes par 1/2 journée (temps de branchage, tirage, lavage du matériel...) pour des biberons qui oscillent entre 110 et 150 ml...
et j'espère tenir longtemps !
1er objectif : allaitement exclusif pendant ses 6 premiers mois
après : on verra bien ;-)

Aude

j'oubliais : je travaille dans une mairie où le code du travail (différent de celui du privé) ne prévoit RIEN pour les femmes qui allaitent (ni heure quotidienne encore moins de salle d'allaitement même si nous sommes plus de 100 femmes !), j'ai donc décidé comme l'Utopique de ne rien demander à personne...je pars du principe que de nombreux collègues prennent de larges pauses cigarettes ou café, ça n'est pas mon cas, moi je prends une pause "bébé" ...

mariechmp

Ma fille avait seulement 3 mois quand j'ai repris le travail. J'avais cherché bien à l'avance une assistante maternelle près de mon bureau et qui accepte que je vienne l'allaiter chez elle au moins une fois par jour. J'ai trouvé la perle rare, convaincue qu'il faut faire ce qu'il y a de mieux pour les enfants et que cela en fait partie !
Pendant trois mois je suis donc allé chez elle une fois par jour, l'horaire variant en fonction du rythme de ma fille. Je tirais également de quoi faire un ou deux biberons. Depuis un mois et demi j'ai arrêté cette tétée pour éviter que ma puce soit perturbée par deux séparations dans la journée et je tire mon lait deux fois au lieu d'une. J'ai la chance de bénéficier d'un allègement d'une heure par jour sur mon temps de travail (elle m'est payée) car je travaille au ministère du travail : ils auraient eu du mal à me la refuser !
J'ai un bureau qui ne ferme pas à clé, donc moi aussi je mets un panneau "merci de ne pas déranger" sur ma porte. De toute façon mes collègues étaient au courant de mon projet puisque j'en avais parlé pendant ma grossesse. Au départ j'étais partie pour l'allaiter jusqu'à 6 mois, mais cela se passe si bien que je vais continuer tout l'hiver. J'ai même fais des émules, puisque la maman du bébé que mon assistante maternelle va garder à la rentrée de janvier a finalement décidé de poursuivre son allaitement en voyant comme ça se passait avec ma fille.
Je suis ravie de lire les expériences d'autres mamans allaitantes. Je savais bien que j'étais un peu privilégiée du point de vue de mes conditions de travail, et pourtant mes collègues admirent ma détermination. Alors je suis moi même très admirative devant la persévérance de celles qui ont bien plus de difficultés que moi à faire accepter leur choix !

Sardine

Oui je confirme brassière easy expression indispensable. Moi j'explique que j'ai un soin à faire, personne ne m'en demande plus car on pense tout de suite à des maladies mystérieuses ! Maintenant je précise "un soin médical" car une collègue avait cru que je faisais un masque de beauté ... Je prends la moitié de ma pause déjeûner, et je vois pas qui pourrait m'en faire le reproche franchement, mais jusqu'aux 6 mois de mon bonhomme j'ai dû demander en plus 20 minutes dans l'après-midi à mes patrons successifs ; je leur ai dit la vérité mais comme c'était tous des hommes, ils ont manifestement préféré que je ne rentre pas dans les détails et ont dit OK avant que je ne leur décrive la scène. N'hésitez pas les filles, la tétée de retrouvaille compensera bien cette petite corvée de tire-lait. Et demandez au toubib de vous prescrire la location du tire-lait "avec accessoires" ce qui vous remboursera les téterelles et vous permettra d'en avoir plusieurs, pour ne pas faire la vaisselle au boulot.

cyann

j'ai l'i^mpresssion d'etre la seule à utiliser et revendiquer cette heure d'allaitement; ce droit est important à mes yeux car allaiter n'est pas rien et il faut que la société ( l'entreprise ) le reconnaisse et nous aide à donner le meilleur à nos enfants...

Ségolène de mamaNANA

Merci de tous ces commentaires!
A Margotton: au niveau des vêtements, c’est vrai que les vêtements d’allaitement peuvent être très pratique pour tirer son lait au travail. En particulier les robes d’allaitement sont bien pratiques (c’est vraiment difficile de tirer son lait au travail en portant une robe « normale » car il faut complètement se déshabiller) pour celles qui reprennent le travail et doivent être un peu chic. Certains accès au sein permettent de tirer son lait un sein à la fois (c’est le cas des accès un peu assymétriques), d’autres vêtements ont des accès au sein symétriques c'est-à-dire qui permettent facilement soit d’avoir deux téterelles installées (tirer son lait en même temps des deux côtés.) Voici des exemples de hauts permettant facilement un double accès aux seins (et qui font « bureau ») :

o Twinset 2 en 1 et twinset classique
o Top cache-coeur
o Combo col roulé
o Top Renaissance

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.