« L'espoir fait vivre | Accueil | Les stars allaitent les bébés des autres… »

11 février 2009

Commentaires

Bruno

intéressant cette formule d'inteview! j'ai noté que la question la plus posée était celle du sevrage d'un bambin!qui me fait penser à quelqu'un que je connais.
Une suggestion pour ce blog, si cela n'a pas déja été traité, est-ce que revoir toute son organisation personnelle quand on allaite , sinon gare au stress !

Myriam

Bravo pour cet entretien passionnant !
En France on est trop souvent un peu fataliste face aux difficultés du début "je vais essayer d'allaiter, si ça marche. Si ça ne marche pas tant pis"... Quel dommage, alors qu'il existe des professionnels compétents et humains pour passer ce premier cap qui est un apprentissage, après lequel en général ça roule !

Et mon petit mot perso, merci, merci encore Véronique pour le soutien inestimable apporté à la naissance de Gaël :-)

Marianne

Merci pour cette nouvelle rubrique et cette interview très intéressante. Je ne savais qu'il fallait passer un examen et valider des heures d'expérience pour être consultante en lactation. Ce qui force encore plus le respect!
C'est toutes ces actions, des pros, des assocs, des blogs, etc. qui feront que l'allaitement deviendra naturel en France!!

Sibylle

Mille mercis pour cet entretien qui est une mine d'informations ! Bravo pour cette casquette d'"intervieweuse" Ségolène, c'est extrêmement complet : je me réjouis qu'il s'agisse du premier d'une série !
Je crois que je vais proposer une consultation comme cadeau de naissance, c'est une belle idée !
Enfin, mon petit mot perso aussi... Merci, merci encore à la consultante en lactation qui se reconnaîtra, pour le soutien inestimable apporté à (et depuis) la naissance de Martin :-) !

Charlotte

Merci aux consultantes en lactation...
c'est grâce à l'une d'elle que j'ai pu surmonter une équipe médicale un peu bourrue à la maternité pour ma troisième... elle m'a tellement mise en confiance que mon allaitement n'a jamais failli malgré les poussées de croissance ou les dents... moi qui n'avait allaité mes deux aines que 2 mois et demi... me voila avec une petite puce de plus d'un an toujours "néné addict", pour notre plus grand plaisir à toutes les deux !

merci ségolène pour cette interview

AnSo

Merci pour cette nouvelle "formule"! très intéressant d'avoir un point de vue de pro sur les difficultés réellement rencontrées dans la pratique! et le rôle exact du professionnel.
effectivement trop d'échecs en début d'allaitement pour manque d'infos et mauvais conseils, mais étant militante "passive" de l'allaitement (j'en parle autant que je peux autour de moi, et surtout j'allaite mes petits partout et dans toutes les circonstances, et je proclame fièrement qu'ils sont entièrement "faits maison"), je trouve assez difficile de soutenir ou d'orienter quelqu'un qui a des questions ou des difficultés d'allaitement (avant ou pdt d'ailleurs). difficile de connaître les réelles motivations de la personne, de s'assurer qu'elle entend les conseils qu'on lui donne (je me limite généralement à "tu pourrais contacter la lll ou un professionnel de l'allaitement", sauf si quelque chose me choque particulièrement), de savoir à quel point la maman souhaite vraiment se donner les moyens que ça marche...

Cheap Air Jordan For Sale

En apportant leurs propres jouets d'échanger avec d'autres, les enfants apprennent les vertus du partage et la réutilisation.

Blou

Je tombe sur cet article et ça me fait encore tellement mal, j'ai complètement loupé mon allaitement, plus de sein dès 2-3 semaines et LA et LM tiré jusqu'à 4 mois. J'ai pourtant fait appel à une consultante en lactation venue à notre domicile, elle m'a dit ne rien pouvoir faire tant que mon fils gardait les bout de seins en silicone, elle m'a conseillé des sondes d'alimentation entérale vendu par 100 à la pharmacie alors qu'il m'en fallait une... bref une sensation amère et la gorge serré en écrivant.

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.